Alexis Didier (1826-1886) fut un médium très célèbre en son temps. La grande différence avec le cas de Mme M. étudié par le Dr Osty, était sa capacité à se placer lui-même dans l’état de conscience modifié nécessaire à la manifestation de la médiumnité. Il a exposé avec précision, dans le langage de son époque, son mode de fonctionnement dans son livre “Le sommeil magnétique” (1857).

Alexis Didier

Les conditions de l’état lucide :

“Le sommeil naturel est le repos de l’activité vitale et la concentration du fluide nerveux au cerveau, où, sans raison, il évoque le fantôme d’action et d’êtres imaginaires qui se dissipent au réveil, le fluide magnétique produira une espèce de sommeil factice, en concentrant le fluide vital dans les centres nerveux et en arrêtant l’impression donnée à l’activité vitale par la volonté il inspirera à l’âme un surcroît d’énergie qui lui permettra de se dégager des organes assoupis du corps auquel elle est assujettie, pour manifester les facultés résultant de sa nature spirituelle.

Lorsque je me sens envahi par le fluide, magnétique, il se passe en moi je ne sais quoi d’indéfinissable qui me ravit me transporte tend et convulsionne mes nerfs, tord mes membres, bouleverse tout mon être intérieur, s’empare de moi, me possède et m’arrache douloureusement aux réalités de la vie terrestre qui m’environnent, pour ouvrir devant l’œil intérieur de mon esprit, des horizons sans fin à cette sensation première, toujours pénible, succède un sentiment de bien-être les obstacles matériels devenant plus transparents que le cristal, n’arrêtent plus ma vue.

L’Univers entier est devant moi, et je puis me transporter d’un pôle à l’autre avec la rapidité de l’éclair je puis converser avec les Cafres, me promener en Chine, descendre dans les mines de l’Australie, entrer dans le harem du sultan en moins d’une heure, sans fatigue; car l’âme, fille de Dieu, n’a qu’à vouloir pour, semblable à son père, être partout cette puissance qui triomphe de l’espace et permet à l’âme de se transporter d’un lieu à un autre, n’est rien en comparaison de celle qui la rend victorieuse du temps et qui fait que tous les siècles sont présents à ma vue.

Les générations évanouies, qui, plus nombreuses que les grains de sable de la mer, ont vécu sur la terre, apparaissent à ma volonté ou à l’évocation du consultant, dans leur parfaite individualité, ayant les costumes, les traits, les mœurs, les habitudes, le caractère qui les particularisait durant leur séjour ici-bas. Le passé pour moi n’est pas mort, il est vivant.

Il y a une pieuse croyance qui fait que l’on conserve religieusement, enchâssées dans l’or et les pierres précieuses, les reliques des saints, et qui fait croire qu’il reste quelque chose de leur âme, de leur esprit, de leur cœur, en un mot, de leur personnalité, dans ces fragments de leur corps mort. Pour moi, je les vois réexistant tout entiers en corps, en âme, en esprit, en sainteté, sous la moindre parcelle d’un objet qu’ils ont touché durant leur vie, et je jouis de leur présence réelle, comme s’ils étaient encore sur cette terre.

J’ai, avant d’aller plus loin, à réfuter une objection qui se dresse devant moi et m’arrête, en m’adressant cette question le magnétisme et le sommeil sont-ils indispensables pour vous faire arriver à l’état de voyance lucide que vous venez de décrire ; je réponds sans hésiter évidemment non ; de même que le vin et les autres spiritueux, l’opium, le haschisch, l’hyoscyame et les autres excitants de l’élément dynamique qui gît dans nos organes, produisent des rêves et des hallucinations sans le secours du sommeil, de même, sans le secours du sommeil, il existe dans l’ordre spirituel des forces occultes qui, tenant le corps sous leur sujétion et dégageant l’âme des organes soumis, produisent la lucidité sans le secours du sommeil magnétique.

La lucidité prend sa source :

1° Dans certaine maladie qui arrache au corps sa suprématie sur l’âme

2° Dans une émotion violente, qui paralyse l’action des organes et laisse l’âme se soustraire à leur empire

4° Dans l’inspiration qui s’empare de l’âme, la possède, l’arrache violemment à l’empire des sens ; Dans la mortification résultant de la misère, de la maladie, de l’absence des besoins matériels ou du crucifiement volontaire pratiqué par l’ascétisme, le mysticisme, l’illuminisme et le cénobitisme.

Tout le monde n’arrive pas à cet état ; il faut, pour ainsi dire, avoir une prédisposition native pour moi, je suis si prédestiné à cet état, qu’une femme, un enfant, suffisent pour me plonger dans cet état de lucidité où le temps et l’espace n’existent plus pour moi ; de plus, il m’est arrivé souvent, sans être endormi et sans aucune action magnétique, de donner des preuves de hautes et profondes voyances magnétiques .