Rétrocausalité ou causalité inversée

La rétrocausalité ou causalité inversée, est la conception selon laquelle une action présente pourrait modifier un évènement passé, violant ainsi la loi de causalité.

On la retrouve néanmoins chez un certain nombre de scientifiques qui, s’appuyant sur des observations constatées dans les dimensions quantiques, l’utilisent pour tenter d’expliquer des précognitions constatées dans notre dimension macroscopique.

 

Le physicien Russel Targ et la rétrocausalité :

Russel Targ

 

“Connaitre le futur : récemment le professeur Darryl Bem, de l’université Cornell, a réalisé une série de neuf expériences portant sur la prémonition. Par cette remarquable étude de cinq ans, il démontre que le futur peut affecter le passé de bien curieuse manières.

Par exemple, l’éléphant que vous voyez à la télévision le matin peut vous faire rêver d’éléphant la nuit précédente : les éléphants du samedi matin influencent les rêves du vendredi. C’est un phénomène que l’on appelle rétrocausalité.

Ainsi, il apparait que les étudiants qui ont participé aux expériences de Bem choisissaient correctement une photo d’identité parmi quatre clichés d’individus alors que la cible ne leur était révélée qu’après qu’ils aient fait ce choix consciemment – cible en outre sélectionnée aléatoirement après seulement que les étudiants s’étaient prononcés.” (1)

Targ semble ignorer que les évènements d’une vie sont programmés et que, pour reprendre son exemple, les éléphants du samedi et les rêves du vendredi ont probablement été programmés dans la vie du sujet depuis fort longtemps.

Il en va de même pour les étudiants des expériences de Bem, ce qui est vécu consciemment comme des choix aléatoires ne serait que le déroulement d’un processus programmé en d’autres temps par d’autres niveaux de conscience.

Dans ces deux cas, le sujet accèderait inconsciemment à des éléments de sa programmation de vie ignorée.

On doit s’interroger sur la nature de cette programmation :

  • Est-elle suffisamment précise pour inclure des évènements aussi insignifiants pour la vie d’un sujet, que les choix de tests de psychologie ?

  • Est-elle susceptible d’être modifiée par le sujet au cours de l’existence ? Par exemple consécutivement à un rêve prémonitoire ?

S’il est impossible d’apporter une réponse absolue à ces questions, il n’en reste pas moins que l’hypothèse de la programmation a le mérite d’apporter d’expliquer la précognition sans être en contradiction avec la loi de causalité.

Targ, conscient de la faiblesse de la rétrocausalité, évoque ce qu’il appelle la résistance épistémologique  :

“…explorer des évènements avant que ceux-ci se produisent peut créer une grande résistance épistémologique.” Les physiciens sont fermement attachés à la seconde loi de Newton qui stipule que si une force agit sur un corps, le corps accélère en direction de la force … c’est-à-dire que lorsque vous poussez un wagon, l’accélération sera proportionnelle à la force de votre poussée. Il est ici sous-entendu que le mouvement du wagon vient après votre poussée et non avant. C’est ce que l’on nomme habituellement causalité.” (2)

Il apparait tiraillé entre deux évidences qui lui paraissent inconciliables, d’une part la logique causale et d’autre part, la nécessité d’expliquer des phénomènes précognitifs incontestables.

Il écrit :

“Néanmoins, il est impossible qu’un évènement de l’avenir vienne modifier le passé. Il est certain que rien dans le futur ne peut faire en sorte que ce qui s’est déjà produit ne se produise pas : il s’agirait d’une contradiction physique (ou logique). C’est ce que les philosophes appellent intervention paradoxale, concept illustré par l’expérience de pensée dans laquelle un individu assassine sa grand-mère lorsqu’elle est enfant, ce qui l’empêchera lui-même d’exister, ou pire, le fera cesser d’exister.

Il est intéressant de penser à ces paradoxes, mais il n’y a pas le plus petit indice montrant que des évènements de ce type puissent avoir lieu.”

La situation de Targ est caractéristique de l’ignorance de la programmation de la vie par le monde scientifique. Ceci les conduit, par défaut, a adopter  des explications aussi absurdes que la rétrocausalité.

 

 

 

(1) Russel Targ   “Perceptions extrasensorielles” Editions Trajectoire  (page 36)

(2) Russel Targ   “Perceptions extrasensorielles” Editions Trajectoire  (page 163)

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *